Vous êtes ici : Accueil > Ecole Albert Jacquard - Vergetot > Nos textes

Articles

  • Retour - Décembre 2015

    Nous avons appris la poésie "Retour" d’Armand Monjo. A notre façon, nous avons décrit poétiquement un monde qui nous tenait à cœur :
    "J’ai serré le chocolat dans mes bras. Je n’ai pas encore marché sur le lapin en chocolat au lait. J’ai regardé avec tous les chocolats la grosse grille de tombola. J’ai retrouvé avec mes amis l’odeur du tirage au sort et l’épaisseur des confiseries." (Lisa-Marie)
    "J’ai serré la ferme dans mes bras. Je ne l’ai pas encore écrasée. J’ai regardé le champ avec le tracteur. J’ai (...)

  • J’aurai un coffre-fort - Novembre 2015

    Nous avons appris "J’aurai une grande boîte" de Luce Guilbaud. A notre tour, nous avons imaginé...
    J’aurai une grande boîte pleine de jeux vidéo pour les jours d’ennui pleine d’horloges à dix heures pour les jours sans récréation, pleine de cadeaux pour les jours de Noël... Et dans ma boîte, j’aurai aussi pleins de chocolats pour les jours de gourmandise. Valentin
    J’aurai un coffre-fort plein de buggys pour le samedi, plein de loisirs pour le plaisir, plein de zombies pour mon fusil... Et dans mon (...)

  • Pays en bouquet - Octobre 2015

    Cette poésie de Jacqueline Held nous a invité à continuer le texte. Et bien, voici...
    Perce-mousse, perce-neige Que Dame-de-jour te surveille Pousses-tu pour la Norvège ?
    Et toi, mon nénuphar qui vient du Qatar Sans piano, ni flûte Croîs-tu pour le Luxembourg
    Ma jonquille pour la Bulgarie Petit Enzo, mon frère Enzo, Grandis-tu pour l’Espagne ?
    Le pissenlit pour l’Italie La pulsatile pour le Brésil L’iris pour toi, la Suisse Et le Qatar pour la moutarde noire...
    Ah ! Ah ! J’ai fini, j’ai fini... (...)

  • "Je vous écris" - Septembre 2015

    Nous avons appris un poème d’Alain Boudet.
    Il aime la marche lente, pour le plaisir plus que pour la performance, et écrit en marchant. Parfois, il ramasse des cailloux, des coquillages, pour les toucher, et il est ravi de voir que ses petits enfants prennent le même chemin… Il écrit aussi en voiture, en train, en bus. Rarement dans son bureau. Il aime le silence du bleu et du vert, le vent du bord de mer, le feu qui crépite, la ruisseau qui coule. Pour lui, ce sont des voix. Il aime le silence, (...)