Vous êtes ici : Accueil > Ecole Albert Jacquard - Vergetot > Logiciels > Logiciels pour aider à lire et à écrire > Aides en classe pour lire et écrire
Publié : 28 février 2013

Aides en classe pour lire et écrire

Le travail en classe s’effectue dans le cadre de la Charte des enseignants de l’Académie de Rouen vis à vis des élèves à besoins éducatifs particuliers et les adaptations pour ces élèves.

Une police d’écriture qui facilite la reconnaissance des lettres :

Les leçons et exercices sont le plus souvent en Verdana avec un interligne élargi selon les recommandations de M Basély, inspecteur ASH. Cette police est une des plus épurées sur la forme des lettres. Elle est aérée et ne complique pas la reconnaissance de chacune d’entre elles par des fioritures inutiles.

Des logiciels :

J’utilise dans la classe un système de deux logiciels sur des tâches ponctuelles dans lesquelles la rédaction, la lisibilité et l’orthographe sont importantes.

Ces deux logiciels m’ont été présentés par Mme Ducroq, orthophoniste à Montivilliers. Ils sont suffisamment performants pour être utilisés en orthophonie et en classe. Surtout, ces logiciels libres, donc gratuit, peuvent être partagés par la communauté éducative. L’enfant peut apprendre à s’en servir et développer des stratégies, des habiletés, qu’il peut réutiliser en classe et chez lui.

Un prédicteur de mot :
Le premier, DICOM (Dictionnaire ICOM), est un prédicteur de mots.
Bien utilisé, il permet d’affranchir l’enfant de toutes les erreurs orthographiques en cours de mot, en lui laissant le travail d’orthographe raisonné à effectuer : accords, choix des terminaisons des formes conjuguées, homonymes.

Il est possible de le télécharger sur le blog orthophonie libre, en bas de page.
Une version actualisée en français et une autre en anglais sont disponibles en téléchargement sur ce même blog, ici de R. Samier.

La limite de DICOM est qu’il ne fonctionne que sous Windows. Des enfants dont le PC fonctionne sous Linux peuvent utiliser d’autres logiciels comme Chewingword d’Aristide Grange.
Présentation de Chewing-word. La vidéo présente les possibilités. Pour le téléchargement, cliquer sur l’onglet téléchargement en haut à gauche. Sur cette nouvelle page, vous pouvez choisir votre système et vos téléchargements dans le haut de la page, sans forcément lire tout l’historique des notes de version qui se trouve en-dessous).

une synthèse vocale (texte vers son) :
Le second, Free Natural Reader, est un logiciel de synthèse vocale texte-> son.
Il est téléchargeable ici.

Sous linux, il est possible d’utiliser le logiciel libre VoxOoFox qui permet de lire un document OpenOffice ou une page internet avec le navigateur Firefox. Ce logiciel développé par Bertrand Lambard et David Lucardi fonctionne sous linux et sous windows.
Informations sur le blog Orthophonie libre. Les téléchargements pour Windows et Linux sont en bas de page.

Dans une situation d’écriture :
Il permet à l’enfant de sélectionner ce qu’il a tapé pour l’écouter, lu par un lecteur impartial, autre que lui. Cette prise de distance permet la critique de ce qui a été écrit : là, ce n’est pas le bon son, ce n’est pas le son que je voulais écrire.

Dans une situation de lecture :
Si le texte est en format numérique, sa sélection permet de lire un texte long.
Le « miniboard », comparable à un lecteur MP3, permet de faire les pauses souhaitées et de réécouter un passage autant de fois que nécessaires à la compréhension.

Par ailleurs, cela peut enrichir les moyens que l’enfant peut utiliser pour évoquer, rappeler en lui des éléments de la leçon ou de la poésie, d’une composante sonore. Cet enrichissement peut contribuer à améliorer les capacités de mémorisation.

C’est intéressant pour des leçons à texte long (histoire, géographie, instruction civique et morale…), des chapitres de romans étudiés en littérature, des poésies.

C’est dans cette perspective que les leçons sont mises en lignes sous format numérique dactylographié sur le site de l’école.

L’introduction en classe sur ces tâches ponctuelles s’est bien passée.
Les enfants apprécient cette aide et progressent dans la familiarisation avec ces logiciels.

« En tout état de cause, l’ordinateur ne doit jamais être proposé dans le cadre scolaire tant que l’enfant n’y est pas au moins aussi performant qu’à la main. […]
En moyenne, c’est environ un an après les premières prises de contact et le début de l’apprentissage du clavier que l’ordinateur peut être introduit dans la classe avec bénéfice et, initialement, pour des tâches réduites et ciblées définies avec l’enseignant (dictée, expression écrite… » Michèle Mazeau, Claire Le Lostec, 2010

Dans le projet d’une continuité de ce dispositif d’aide au collège, je vous incite à installer ces logiciels sur l’ordinateur ou la session de votre enfant et à l’inciter à s’en servir pour écrire de courts textes : courriels, articles pour le site de l’école, pour moi, pour vous, pour eux. Ils peuvent les corriger avec vous, ils peuvent aussi me les amener (ou me les envoyer par courriel à l’ école )

Je suis à votre disposition pour tout dysfonctionnement ou problème d’installation.

Une différence prise en compte aussi pour les albums de la classe :

Une série de 4 albums de jeunesse, conçus dans cet esprit d’aide à la lecture, a été acquise pour la classe.
Il s’agit d’albums de la collection "Délie mes mots", chez Auzou, et de "Les mots à l’endroit" aux Editions Danger public.
Le papier est mat, l’interligne est élargi, certaines syllabes sont colorisées sur des mots longs, des mots difficiles sont expliqués. Un guide de lecture permet d’isoler chaque ligne. Les personnages sont présentés en première page. Le texte s’interdit les ellipses et limite le recours aux pronoms.

Pour l’étude littéraire en classe, la majorité des textes sont lus par l’enseignant pour un accès à la compréhension et au débat interprétatif plus rapide et mieux synchronisé. Lorsqu’un chapitre est choisi à lire par les élèves, il est fourni à l’avance en papier et en numérique pour être lu par les logiciels mentionnés plus haut, ou en audio.